épisode 3 : Krka, Vrana et Schumacher

Après seulement une heure de route, nous voilà arrivés à Skradin, un petit village proche de la réserve naturelle de Krka. Au creux de grandes montagnes, perdus au milieu de nulle part nous posons nos affaires dans notre Airbnb du soir. Une longue journée nous attend alors nous décidons de nous coucher tôt. 

Le lendemain, le soleil se lève, l’objectif du jour est de voir les cascades de Krka. Nous nous rendons au centre du très beau village de Skradin pour acheter des places car l’accès se fait principalement en bateau. Pour protéger le lieu, un nombre de places limitées est fixé par jour. Pour une quinzaine d’euros l’entrée, nous prenons le ferry qui nous amène sur place. Au bout d’une trentaine de minutes de balade entre les gorges croates, nous arrivons à destination. Première impression, le lieu est bondé de monde, pas un seul espace n’est libre. Malgré ça, l’endroit est très bien surveillé par les employés qui ramassent le moindre déchet laissé par les visiteurs. 

Sur place, on trouve des commerces de souvenirs et aussi des snacks qui proposent des sandwiches un peu douteux. Mais tous ces petits détails ne sont plus grand chose lorsque mes amis et moi apercevons les fameuses cascades. Malgré le monde, l’eau est d’une pureté incroyable et sa température est très agréable. Nous décidons de faire le tour de la réserve avant d’aller nous baigner. Pendant une heure, nous traversons de petits étangs ainsi qu’une une forêt aux allures de jungle. Il parait que l’on peut voir des centaines d’animaux par ici. Malheureusement, je crois que la foule fait fuir les petites bêtes et c’est bien dommage. Par moment, des panneaux détaillent la faune et la flore présente autour de nous. On trouve aussi des minis cascades et des ruisseaux qui rafraîchissent la balade. 

Certains étangs de la réserve sont très profonds, ils vont parfois jusqu’à 15 voir 20 mètres de profondeur ! Heureusement que la baignade est interdite car se baigner ici serait bien trop dangereux.

Le sens de la randonnée est simple, il faut suivre le chemin en bois qui traverse toute la réserve. Par instant, on se croirait presque en Asie ! La balade se termine, la récompense nous attend. Nous allons enfin nous baigner dans l’eau transparente de la cascade. Et quel bonheur de se retrouver entre amis dans un endroit pareil !

Après quelques minutes de baignade nous décidons de rentrer au village de Skadrin. Nous reprenons donc le bateau et traversons une nouvelle fois les gorges. Sur le chemin, nous voyons des jeunes gens sauter d’un pont d’une hauteur d’à peu près 15 mètres. Nous décidons d’aller voir de plus près. 

 Dès que le bateau est amarré nous prenons Bumblebee et filons droit vers le pont. Une fois arrivé, nous nous apercevons que l’endroit est sécurisé. En effet, près du pont se trouve un ponton où jouent des enfants. Un maitre nageur surveille l’activité en cas d’accident. Mes amis et moi décidons d’aller faire le grand saut. 

Confiant au départ, me voila au bord du pont avec le vent soufflant dans mes oreilles. Mes jambes se mettent à trembler, le vertige me prend. Mais pas question de me dégonfler, mes amis vont le faire alors je vais le faire avec eux. Nous comptons « 1,2,3 » et sautons. La chute est intense, longue et si rapide à la fois. L’impression de tomber dans le vide m’assaille. 

Mes pieds claquent au contact de l’eau, ça y est. Je l’ai fait. J’ai sauté de 15 mètres. Le cœur battant et fier d’avoir repoussé ma phobie du vide, je suis heureux. Remis de nos émotions nous prenons bumblebee et traçons vers notre nouvelle étape, le lac de Varna !

Après seulement un quarantaine de minutes, Bumblebee nous conduit jusqu’a la réserve naturelle du lac de Varna, un endroit immense et désertique proche de la mer adriatique. L’endroit est idéal pour observer la faune et la flore du pays et réserve des panoramas à couper le souffle. Benoit, Marine et moi arrêtons notre chemin sur les hauteurs prendre quelques photos et profiter de la vue.

La route sur les chemins caillouteux vaut le coup, le spectacle est plus que jamais au rendez-vous. Nous contemplons la nature sur des kilomètres, c’est un des plus beaux endroits que j’ai vu lors du voyage.

Des moments entre amis comme ça ne s’oublient pas, mais je préfère les immortaliser. A perte de vue nous contemplons des étendues d’eau, des montagnes, puis plus loin la mer. L’air frais souffle sur nos épaules, c’est un vrai beau moment. Toutes les belles choses ont une fin alors nous nous dirigeons quelques minutes plus tard vers la voiture puis cherchons un logement pour la nuit après cette journée mouvementée.

Internet nous indique qu’à quelques kilomètres de là un hôte est près à nous recevoir. Nous fonçons sur l’occasion et nous dirigeons vers Sibenik un petit village à quelques kilomètres.

Nous sommes alors très bien accueillis par un monsieur d’une soixantaine-dizaine d’années qui après nous avoir montré notre chambre, nous invite à boire un verre dans son sous sol aménagé pour recevoir ses invités.

Après nous avoir servi un verre, nous commençons à discuter avec notre hôte du soir. Nous lui parlons de notre périple croate puis de nos vies respectives en France. 

 

Il nous raconte son histoire à son tour. Il a toute sa vie fait voyager des personnes tels que le prince du Qatar, des émirats, de Dubai et nous présente celui pour qui il a piloté le plus longtemps; l’illustre pilote de formule 1 Michael Schumacher. Humblement, le vieil homme nous présente alors les maquettes des avions qu’il a pilotés, avec une passion non dissimulée.

Il nous explique qu’il a fait construire la maison où nous sommes en grande partie grâce aux pourboires que lui ont donnés ses anciens patrons. On peut comprendre qu’ils étaient très conséquents tant la maison est grande. Une piscine est même en préparation. Aujourd’hui il accueille des personnes venues du monde entier et s’occupe d’elles. Né à Zagreb, après avoir fait le tour du monde, il partage aujourd’hui sa maison en toute sympathie dans un coin perdu de la Croatie.

Je suis admiratif devant tant de simplicité et de gentillesse. Il finit par nous conseiller certains endroits à faire à Zadar, la grande ville la plus proche et nous laisse à nos occupations. C’est sur ces mots que nous allons nous coucher, de belles images et des histoires plein les yeux. Demain nous prenons la route vers Biograd Na Moru pour visiter les îles kornatis.