Ljubljana, première surprise !

Je quitte la ville des masques pour un pays qui m’est quasiment inconnu, la Slovénie. Sans savoir ce que j’allais y découvrir , ma première impression est plutôt bonne. Les paysages sont d’un vert éclatant, les maisons blanches aux toitures rouges sur les reliefs montagneux donnent à cet endroit une vraie allure de carte postale. 

Le lieu semble calme et apaisé. Puis le bus se dirige vers le grands axe autoroutier et me voilà après 2h de route dans la capitale slovène : Ljubljana. (Prononcez « Lu-Bi-a-na ») Aux abords de la gare routière je suis un peu déboussolé car je ne comprends aucun panneau et ne parle aucun mot de Slovène.

Le changement de décor est brutal mais pas désagréable. Je dépose mes affaires et me dirige vers le centre ville. 

Une ville animée

Je découvre alors Ljubljana et sa place Preseren. Sur cette place circulaire, une installation faite pour recréer de la pluie a beaucoup de succès. Parents, enfants, grands parents, tous y vont se rafraîchir sous les yeux de la statue de Preseren, un célèbre auteur slovène qui a marqué son pays.

Tout le centre vivant de Ljubljana est traversé par le fleuve « Ljubljanica ». Sur les deux rives, de nombreux restaurants bondés proposent des spécialités locales et internationales. Beaucoup de ces devantures affichent à leur menu de la viande. Je décide de m’arrêter devant ce spécialiste du grill qui me fait saliver. « Viande locale grillée à l’australienne et son accompagnement de pommes de terre légumes » choisis-je.

Une bouchée suffit à me mette d’accord : c’est la meilleure viande que j’ai mangé de ma vie. Grillée et saignante à la fois, assaisonnée à merveille, c’est un délice. Je prends mon temps et savoure encore une fois. Je revois alors les étendues vertes que j’ai vu en arrivant. Ces vaches ont bien vécu et ça se ressent.

Après cet énième régal, je continue ma découverte de la ville. Il paraît qu’on peut la découvrir en Kayak, je cherche et trouve un loueur puis me jette à l’eau. 

Me voilà alors dans un kayak rouge sur le Ljubljanica. Le temps est bon, le ciel est bleu. Je profite de la température de l’eau pour me rafraîchir. A grands coups de rames je me retrouve très vite sous le pont des dragons. Le pont symbole de la ville nommé comme cela pour ses quatre statues en forme de dragon.

En une grosse heure, mon tour de la ville est terminé et je rends mon kayak satisfait, les bras et les abdominaux congestionnés. 

Prendre de la hauteur 

Après le sport, le réconfort. Je me promène dans la ville dans une des grandes allées à la recherche d’un bar. Je me retrouve en bas d’un étonnant bâtiment : Le gratte ciel Neboticik. Sa visite et son ascension sont gratuits. À l’avant dernier étage se trouve un restaurant et à sa cime, un bar. Je choisis les escaliers et arrive au dernier étage, essoufflé. A peine la tête sortie des escaliers, je me dirige en terrasse. La vue est magnifique, d’ici j’aperçois tout Ljubljana. Seul son château niché sur les hauteurs de la ville est plus haut que le premier gratte ciel de la ville. 

Je commande une boisson et contemple la vue une petite heure.

D’ici je peux voir les Alpes et les différentes collines de la ville. Il se fait tard. Cette fois je prends l’ascenseur, sors de l’immeuble et décide d’aller en direction du château pour voir le coucher du soleil. Après quelques minutes dans les rues Ljubljanaises j’arrive face au funiculaire du château. Pour deux euros l’ascension je peux bien me le permettre. En 1 minute la capsule me monte au sommet, et j’aperçois la ville grandir. Je me pose sur la muraille et contemple les lumières de la ville s’allumer une à une tandis que le soleil se couche dans des teintes roses et oranges.

Rien de mieux pour clôturer une journée de découverte.

Le panorama est magnifique, la nuit est là. Je décide alors de rentrer car demain c’est le départ.

Prochain arrêt Zagreb.

Voir les photos de Ljubljana